Résumés des présentations du forum

Au total, 10 présentations ont eu lieu au forum, 5 en simultané de 10h à 11 et 5 autres de 11h15 à 12h15.
Sous la majorité des descriptions de présentation vous trouverez des documents pertinents présentés lors du forum.

10h à 11h:

Ramener les ressources intermédiaires au sein des services publics par Delphine Ragon et Marcel Faulkner: Les ressources intermédiaires font l’objet de plaintes récurrentes depuis des années, notamment au plan de la formation du personnel, de la rotation et du suivi des usagers, des droits et des obligations respectifs des établissements, des ressources, des usagers et de leurs proches. Il y a actuellement environ 12,000 personnes ayant une DI ou un TSA au Québec qui résident dans les différentes ressources d’hébergement et les sommes qui leur sont affectées représentent près de la moitié du budget du programme DI-TSA, soit environ un demi-milliard de dollars. En détaillant ces constats et en les illustrant d’exemples concrets, Marcel Faulkner et Delphine Ragon vous exposeront les revendications de SOS Services Publics à l’égard des RI qui ne vont pas dans le sens du développement actuel de ressources résidentielles privées.

Parlons de la réalité du vieillissement des personnes hébergées (DI-TSA) par Maude Gadouas-Girard et Patricia Gagné: Par cet atelier, nous souhaitons présenter la réalité du vieillissement des personnes qui ont une DI-TSA en discutant des enjeux vécus dans différents milieux de vie afin de pouvoir en dégager des recommandations pour optimiser les conditions dans lesquelles évoluent les personnes vieillissantes. L’atelier sera sous forme de discussion dirigée avec des invités de milieux de vie distincts en DI-TSA (RTF, RI, milieu de vie naturel, organismes communautaires et autres) qui, dans un premier temps, présenteront leur modèle résidentiel et qui engageront un échange, guidé par les animatrices, sur les défis et réussites associés au vieillissement en hébergement. Les personnes présentes dans la salle seront appelées à participer à l’échange afin de privilégier un modèle interactif et en dégager des pistes de solutions.

Comment se mettre à l’abri des transitions explosives? par Véronique Longtin Cette présentation vise à mettre en perspective les cinq types de transition résidentielle auxquels sont confrontées certaines des personnes recevant des services des CISSS et des CIUSSS. Un outil de planification des transitions des personnes vulnérables, ou qui ont peu de contrôle sur leurs vies, prenant en compte la notion de « chez-soi » et favorisant l’autodétermination sera aussi présentée. L’objectif de la présentation sera d’informer l’auditoire des constats d’une étude sur les transitions de milieu de vie permettant de refléter les grands défis des transitions et de mettre de l’avant un processus pour mieux soutenir ces transitions

Déficience intellectuelle et expérience de la désinstitutionnalisation. Vers une critique from below par Hubert Larose-Dutil: S’enclenche au Québec, au début des années 1960, un vaste mouvement de désinstitutionalisation ayant l’ambition de réintégrer en société les patients des institutions psychiatriques de la province. Si s’ensuivit effectivement une réduction du nombre de lits en psychiatrie, force est d’admettre que la libération de l’hôpital de plusieurs se fit attendre. C’est particulièrement le cas des patients ayant reçu un diagnostic de déficience intellectuelle. À  l’hôpital Saint-Michel-Archange (aujourd’hui institut universitaire en santé mentale de Québec), leur nombre diminue d’à peine 13% entre 1960 et 1970, alors que la population totale de l’institution diminue de 31% lors de la même période. Cette présentation porte sur les explications possibles de cette situation que fait ressortir l’étude des dossiers médicaux de quatorze patients ayant reçu un diagnostic de déficience intellectuelle et institutionnalisés à l’hôpital Saint-Michel-Archange.

La politique sur l’hébergement au détriment du maintien à domicile? par Adèle Liliane Ngo Mben Nkoth: Vous êtes intéressé à échanger sur les grandes lignes de la politique d’hébergement et de soins et services de longue durée ainsi que sur la politique de soutien à domicile intitulé Chez soi : le premier choix? Cet atelier est pour vous! Pour ce faire, nous vous présenterons brièvement ces deux politiques. En parallèle, nous présenterons également succinctement, l’approche suédoise en matière d’assistance personnelle. Ensuite, nous amorcerons une discussion avec les participants nous permettant de faire ressortir les points forts, les angles morts et les points à bonifier ou à améliorer de nos politiques. Nous terminerons par des recommandations et des priorités sur lesquelles le gouvernement pourrait travailler en matière d’hébergement et de soutien à domicile pour les personnes en situation de handicap.


11h15 à 12h15:

Les options résidentielles pour les ainés présentant une déficience intellectuelle par Fanny Leblanc: La question suivante à guidée la recherche effectuée dans le cadre de son mémoire : Comment les personnes aînées présentant une DI (PADI) de la Ville de Québec perçoivent-elles les options résidentielles s’offrant à elles ? Pour y parvenir, elle a poursuivi les objectifs suivants : (1) connaître les options résidentielles actuellement disponibles pour les PADI; (2) comprendre leurs besoins comblés et non comblés en matière d’options résidentielles actuelles; (3) identifier des recommandations pour optimiser la satisfaction des PADI à l’égard de leur milieu de vie et soutenir l’exercice de leur pleine participation sociale. La présentation portera principalement sur les résultats obtenus en poursuivant les objectifs 2 et 3.

Une application Web pour le logement inclusif par Dominique Salgado: L’AppLOAD est une application Web développé par notre équipe dans le but de faciliter la recherche de logements accessibles, adaptés et abordables sur le territoire de la Ville de Québec. L’idée est de procurer un service d’accompagnement clef en main à une personne ayant des limitations fonctionnelles et qui cherche à se procurer un logement inclusif. La définition du type de handicap de la personne permet aussi de mieux adapter sa recherche. Un outil innovant pour les personnes handicapées.

Atelier de discussion sur l’alimentation par Anne Perrault, Benoit Racette et Mathieu Francoeur: Une démarche de participation avec les personnes ayant une DI ou un TSA a été entamée dans les mois précédant le forum. L’alimentation a été choisie comme sujet puisqu’elles concernent toutes les personnes, qu’elles soient hébergées ou non. Lors de cette atelier participatif, nous allons faire un retour sur la démarche, discuter avec les personnes présentes pour mieux connaître leur situation et leurs attentes sur ce sujet ainsi que mettre sur la table des pistes de solution en compagnie de Anne Perrault, autrice du livre « Je cuisine en images ». En discutant de l’alimentation, l’objectif est d’avoir une meilleure idée de la qualité de vie des différents milieux et de l’autonomie des personnes dans leur quotidien. Bienvenue aux personnes ayant une DI ou un TSA, à leurs proches, aux intervenant-e-s qui travaillent avec les personnes et à tous ceux et celles intéressés par le sujet.

Rêvanous par Christine Bemeur et Stéphanie Legault: La présentation de l’organisme démontre le développement de la gamme de services et des activités visant l’autonomie et l’inclusion sociale des personnes vivant avec une déficience intellectuelle légère. Comment Rêvanous a mis en place un environnement favorable à l’épanouissement et au bien-être des personnes ? Comment créer un milieu de vie soutenant, animé, diversifié et inclusif ? Comment favoriser l’autonomie, la capacité d’agir et le soutien de sa communauté ? La création de Rêvanous a été un chemin parsemé d’embûches, mais l’organisme ayant maintenant une longue liste d’attente de personnes s’identifiant aux valeurs ci-haut mentionnées, observe qu’il y a un réel besoin pour du logement avec soutien.

Le système Chèque emploi-service du point de vue des préposées aux bénéficiaires à domicile par Laurence Hamel-Roy: La présentation porte sur le système Chèque emploi-service (CES) et plus spécifiquement sur les conditions de travail qui lui sont liées. D’abord, je retrace l’historique du programme, c’est-à-dire les débats ayant mené à sa mise en place en 1996, les modifications législatives adoptées depuis et les différentes tendances entourant son usage. Ensuite, je présente les résultats d’une enquête menée en 2017 dans le cadre de mes travaux de maitrise. En partant de l’expérience des préposé-e-s aux bénéficiaires, j’explique comment la dérégulation et le sous-financement des services de soutien à domicile imposent des dilemmes moraux aux travailleur-euse-s: travailler, aider, mais à quel prix? Je démontre ainsi que le fonctionnement du CES place les usager-ère-s et les préposé-e-s dans une relation d’interdépendance où la précarité des services se confronte à la précarité de l’emploi des travailleuses.